.

.

lundi 25 septembre 2017

Ambassade du Mexique

En 1926, peu après la fin de la révolution mexicaine, le gouvernement du Mexique achète l'hôtel de la duchesse de Luynes, au 20 avenue du président Wilson pour y installer la résidence de son ambassadeur.


En même temps, l'ambassade fait construire sur les anciens jardins un bâtiment donnant rue de Longchamp pour abriter les services consulaires. C'est ce bâtiment qui nous ouvre ses portes à l'occasion des journées du patrimoine.


Un salut au drapeau mexicain:


Fait unique dans le monde des ambassades à l'époque, nous sommes dans le premier bâtiment qui ait été dessiné et construit pour abriter une ambassade.
L'accueil se fait dans un atrium circulaire typiquement Art déco:


Dans la galerie du premier étage, deux tableaux de Luis X. Peña. Ces toiles furent peintes pour décorer le pavillon du Mexique à l'Exposition internationale de 1937.



L’ascenseur accuse son âge, mais il fonctionne !


Luminaires, mosaïques ou balustrades, nous sommes bien dans l'art déco




Pénétrons maintenant dans l'hémérothèque, ce qui - j'en suis sûr - nous permettra de faire la connaissance d'un nouveau mot ! 





Je ne résiste pas au plaisir d'ajouter à cet article cette petite vidéo de l'INA montrant le général de Gaulle à Mexico en 1964. Mais si, souvenez-vous, "la mano en la mano..." !



Je ne vous cacherai pas que cette courte visite a frustré plus d'un visiteur. La gentillesse et l'amabilité du personnel d'ambassade ne sont pas en cause, bien au contraire : Mais il eut été bien agréable de pouvoir également visiter la résidence mitoyenne qui, dit-on, a conservé du temps de sa splendeur bien des attraits... Gageons que l'an prochain, ce sera corrigé !


Et un salut amical à Marc S. rencontré fortuitement en terre mexicaine !

9 rue de Longchamp, Paris XVI°.

Ambassade de la République Tchèque

C'est dans un hôtel particulier construit en 1912 pour la princesse Elisabeth Françoise Marie de Ligne que s'est installée l'ambassade de la République Tchèque. L'architecte Pierre Humbert nous donne ici un bel exemple d'historicisme.
L'ambassade est située à proximité d'un célèbre monument parisien, à vous de me dire lequel. Pour vous aider, un indice est caché sur cette photo (vous avez quatre heures).





Dès l'entrée, un buste de Tomas Masaryk, le premier président de Tchécoslovaquie, nous accueille:


Le fond du vestibule laisse voir un très bel escalier auquel malheureusement nous n'aurons pas accès




Le grand salon, avec son piano d'August Foerster de 1936.




Le salon "du milieu" est décoré de trumeaux réalisés à la peinture à l'huile par Theodor Bernet en 1911.





Le magnifique salon de marbre dont je vous présente des vues empruntées à l'ambassade (merci !) était lors de ma visite utilisée comme salle de projection.




La pluie nous empêchera de profiter du jardin.


Un grand merci au personnel de l'ambassade pour son hospitalité, même si j'ai été un peu frustré de ne pas voir les pièces du premier étage !


15 avenue Charles Floquet, Paris VII°.


Hôtel Mezzara

Hector Guimard construit cet hôtel en 1911 pour Paul Mezzara, industriel du textile et créateur de dentelles.
Cet immeuble devait pouvoir servir de salon d'exposition.



Le moindre détail - ici un soupirail - est immédiatement reconnaissable.



Même l'entrée toute simple laisse deviner la patte du maître


La maison s'organise autour d'un vaste espace qui dessert toutes les autres pièces, éclairé par une verrière à la forme curieuse






Adjacente à l'atrium, une salle à manger est restée telle que Guimard l'avait voulue.




Par une fenêtre, on voit le jardin:




Avec Guimard, le fer forgé semble flotter dans l'air, comme des volutes...




Si vous aimez Hector Guimard, je ne saurais trop vous encourager à vous rapprocher du Cercle Guimard.
C'est également grâce à ce cercle que vous pourrez découvrir d'autres lieux marqués par le talent d'Hector Guimard.


60 rue Jean de La Fontaine, Paris XVI°.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...